Liverpool, c’est la débandade

0

Hier soir, les Reds ont été humiliés par le Napoli (4-1). Une défaite qui vaut à Jürgen Klopp des critiques virulentes.

Champion d’Europe en 2019 et finaliste malheureux en 2022, Liverpool est aujourd’hui très loin du niveau d’un prétendant à la victoire finale en Ligue des Champions. L’exercice 2022/2023 avait pourtant bien débuté avec une victoire dans le Community Shield face au Manchester City de Pep Guardiola (3-1). Mais très vite, ce petit rayon de soleil a été effacé par de gros nuages. En Premier League, les hommes de Jürgen Klopp ont rapidement commencé à inquiéter avec un bilan de deux victoires, trois nuls et une défaite en six rencontres.

Au classement, le club de la Mersey pointe au septième rang avec déjà cinq points de retard sur les Cityzens et six sur le leader, Arsenal. Pour expliquer ce retard à l’allumage, plusieurs facteurs. Il y a une cascade de blessures, dont celle du Français Ibrahima Konaté. Hier, son remplaçant Joe Gomez a encore une fois montré qu’il n’était pas au niveau avec une prestation catastrophique face au Napoli. Mais ce n’est pas tout. Le départ non compensé de Sadio Mané, le cas Mohamed Salah, etc… les raisons sont multiples et hier, nous vous avions dressé une liste complète des problèmes des Reds. Avec ce Liverpool malade, le déplacement à Naples s’annonçait logiquement périlleux. Mais personne ne s’attendait pour autant à assister à une telle humiliation.

«C’est du football suicide»

4-0 à la mi-temps, une défense aux abois, des joueurs qui ne courent plus, aucune intensité : jamais le Liverpool de Jürgen Klopp n’avait été autant trimballé et paru aussi amorphe. Interrogé sur la performance de son équipe, Klopp n’a pas manqué de lucidité. « C’était vraiment difficile à encaisser, mais je dirais que ce n’est pas si difficile à expliquer. Tout d’abord, le Napoli a très bien joué et pas nous. C’est la première explication de la défaite. Les deux penalties que nous concédons sont un peu dus à de la malchance. Mais les deux buts suivants que nous encaissons ont été offerts sur un plateau. Ce n’est pas bien et nous aurions dû mieux défendre. Nous n’étions pas compacts défensivement ou offensivement. Avec Alisson dans le but, il faut être vraiment mauvais pour concéder trois buts en première période. On pouvait le voir sur le terrain. Nous ne travaillions pas en équipe. C’est la raison pour laquelle nous avons perdu le match », a-t-il déclaré à BT Sport. Faut-il y voir la fin d’un cycle ?

« Nous devons nous réinventer. Il manque beaucoup de choses, pas dans tous les matchs, mais ce qui est amusant, c’est que nous devons le faire au milieu de la saison de Premier League et d’une campagne de Ligue des Champions. Nous avons besoin d’une configuration pour être meilleurs dans à peu près tout. Nous devons jouer dans trois jours contre les Wolves. Si les Wolves voient le match de ce soir, ils se marreront bien et diront que c’est le moment parfait pour nous affronter ». En revanche, il y en a que ça ne fait pas rigoler du tout. À commencer par la presse anglaise qui ne s’est pas faite prier pour charger les Reds. Le Telegraph n’y va pas non plus de main morte et affiche en Une de son site internet « les 4 joueurs de Liverpool à blâmer » pour ce fiasco napolitain, à savoir Joe Gomez, Virgil van Dijk, James Milner et Trent Alexander-Arnold. Une défense pointée du doigt, mais que dire du signal d’alarme envoyé par un ancien de la maison, Jamie Carragher ?

Klopp ne sent pas menacé

« Le problème ce soir n’est pas ce match. Oubliez ce match. Pour moi, la grande inquiétude est de savoir si c’est quelque chose qui va continuer tout au long de la saison. Est-ce une fin de cycle ? Liverpool s’est énormément trompé dans son mercato cet été parce que cette équipe est aujourd’hui très loin de son meilleur niveau. Est-ce une baisse physique liée à ce qui s’est passé au cours des cinq ou six dernières années durant lesquelles l’équipe tournait à plein régime ? Cette équipe peut-elle récupérer cette intensité ? C’est gênant. (…) S’ils continuent à jouer comme ça, ils vont avoir un gros problème en Premier League cette saison et pour se qualifier pour le prochain tour de la Ligue des Champions, parce que c’est du football suicide. Le truc avec Trent (Alexander-Arnold), c’est que j’ai toujours dit qu’il n’était pas un défenseur conventionnel. Il n’est pas très bon défensivement. Il ne le sera jamais, mais il a des atouts et un talent que nous ne voyons pas normalement chez un défenseur. (…) Quand Liverpool cessera d’être l’une des meilleures équipes de Premier League ou d’Europe, cela signifie qu’ils ne défendront plus, ils vivront davantage de soirées comme celle-ci. Et ses lacunes défensives ressortiront davantage et nous le verrons moins sur le ballon », a-t-il déclaré au micro de BT Sport.

Les températures estivales planent encore sur l’Europe, mais la défense des Reds a déjà tout ce qu’il faut pour être rhabillée pour l’hiver. Au lendemain de l’énorme faux pas de Chelsea face au Dynamo Zagreb et du limogeage surprise de Thomas Tuchel, les Anglais ont donc vu un deuxième cador de Premier League couler avec un Allemand à la barre. Sauf qu’à la différence de Tuchel, Klopp ne semble pas pour autant menacé. Enfin, c’est ce que le technicien germanique pense. « Menacé ? Pas vraiment, mais qui sait ? La différence c’est qu’ils (les propriétaires de Chelsea) sont différents types de propriétaires. Nos propriétaires sont plutôt calmes et s’attendent à ce que je règle la situation et ne pensent pas que quelqu’un d’autre devrait la régler », a-t-il déclaré, dans des propos relayés par Sky Sports. Espérons pour lui qu’une mauvaise surprise ne l’attendra pas dans les prochaines heures.

Avec Footmercato

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.