Guinaw RailS: M. Niang fait du chantage sexuel à l’élève F.N et se retrouve en prison

0
Guinaw RailS

La police de Guinaw Rails Sud a déféré au parquet l’étudiant M. Niang pour collecte illicite de données à caractère personnel, diffusion d’images obscènes et usurpation d’identité numérique, nous apprend L’As.

Mécontent d’avoir été éconduit par une élève du nom de F.N qu’il voulait à tout prix courtiser, l’étudiant M. Niang a versé dans le chantage sexuel et le harcèlement. Mais mal lui en a pris, puisqu’il a été alpagué par les éléments du commissariat de police de Guinaw Rails qui lui ont délivré un ticket gratuit pour la prison.

Le jeune homme, voulant coûte que coûte sortir avec F.N, a mûri un plan dévastateur. C’est ainsi qu’il a capturé l’image du visage de la fille sur WhatsApp pour ensuite en faire un montage dans une position obscène et la diffuser dans les réseaux sociaux. La fille, nouvelle bachelière, est informée qu’une vidéo obscène, la montrant dans une position incommodante (masturbation) circule dans le net, plus précisément dans un site pornographique.

F.N panique et décide d’y voir plus clair en entrant dans le site. Elle tombe des nues lorsqu’elle voit la vidéo montée, et le numéro de téléphone du mis en cause, M. Niang, affiché. F.N câble l’étudiant pour lui demander les raisons de ses agissements malsains. Contre toute attente, M. Niang riposte par des injures avant de lui raccrocher au nez.

Dépitée par cette attitude, elle se rend à la police de Guinaw Rails pour raconter sa mésaventure avant de porter plainte contre son bourreau. Cueilli et conduit au poste de police, le mis en cause a reconnu une partie des faits qui lui sont reprochés.

Il précise avoir capturé des photos non obscènes de la victime sur son statut WhatsApp avant de les envoyer à l’une de ses connaissances d’un autre groupe WhatsApp basé en Espagne, mais nie avoir monté les images obscènes. Mais, ces déclarations n’ont pas convaincu les limiers, surtout avec l’arrivée d’une autre victime qui montre des preuves à l’appui contre le mis en cause. Placé en garde à vue, M. Niang a été déféré au parquet pour collecte illicite de données à caractère personnel, diffusion d’images obscènes et t usurpation d’identité numérique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.