Assemblée nationale : Six suppléants installés dès la prochaine session

0

Dans la foulée de la formation d’un nouveau Gouvernement, ce week-end, des députés nouvellement élus, devenus ministres, devront quitter l’Assemblée nationale, en vertu du principe de la séparation des pouvoirs. En effet, pas moins de six suppléants, tous membres de la majorité, seront installés à l’Hémicycle dès la prochaine session.

Une semaine après l’installation de la 14e Législature, l’Assemblée nationale va enregistrer l’arrivée de nouveaux membres. Il s’agit des remplaçants des députés appelés par le Président Macky Sall dans le gouvernement Amadou Ba 1. Il s’agit, en effet, de Yoro Sow, enseignant de formation, qui remplace Aly Ngouille Ndiaye, nommé Ministre de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire. Directeur des ressources humaines (Drh), Demba Ba va, de son côté, prendre le siège de son titulaire sur la liste départementale de Podor, Abdoulaye Daouda Diallo, nommé Directeur de Cabinet du Président de la République.

A Kaffrine, c’est le socialiste Abdoulaye Wilane qui va signer son retour à l’hémicycle, à la place d’Abdoulaye Seydou Sow, maintenu à la tête du département de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique.

Elue députée sur la liste départementale Bby de Diourbel, puis nommée Ministre de la Femme, de la Famille et de la protection des enfants, Fatou Diané sera remplacée par l’institutrice Dior Mbengue.

Sur la liste nationale proportionnelle, c’est Abdoulaye Diagne, Coordonnateur du Mouvement national des élèves et étudiants républicains (Meer), qui s’adjuge le siège d’Amadou Ba, promu à la tête de la Primature.

Quant à Maïmouna Séne, opératrice économique, elle devra prendre la place du Ministre Mariama Sarr. Cette dernière reste dans le gouvernement, même si elle a changé de département.

Ces membres du gouvernement, ainsi que tous les autres députés frappés par l’incompatibilité (Mademba Bitèye, directeur de la Senelec, Amadou Mame Diop de la Sapco, entre autres), ont jusqu’à ce lundi, à minuit, pour démissionner, comme le stipulent la loi électorale et le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Mais du côté de la majorité, toutes ces hypothèses ont été prises en compte dans leur démarche. C’est du moins ce qu’a fait savoir le Ministre Abdoulaye Seydou Sow dans l’émission ‘’Jakarlo’’ sur la Tfm, vendredi, soit à la veille de la formation du nouveau gouvernement. « Nous avions anticipé sur tout ça, en invitant à notre séminaire de formation des nouveaux députés, les 10 et 11 septembre dernier, au moins trois à quatre suppléants. C’était pour éviter de leur faire des formations à part une fois qu’ils seraient installés », avait-il indiqué.

A noter, par ailleurs, que dans l’actuelle Législature, il y a au moins deux membres qui ont récemment siégé au Conseil des Ministres. Il s’agit d’Abdoulaye Diouf Sarr, débarqué, fin mai dernier, du Ministère de la Santé et de l’Action sociale, dans la foulée de l’affaire des 11 bébés de Tivaouane. Sa successeuse, Dr. Marie Khemesse Ngom Ndiaye, est maintenue au poste. Mais l’ancien maire de Yoff est élu premier vice-président de l’Assemblée nationale.

L’ancien ministre Oumar Youm, lui, dirige désormais le groupe parlementaire de la coalition ‘’Benno bokk yaakaar’’ (Bby).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.